[ SkipToMainMenu ]

PÉRIODE DES QUESTIONS — Ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social

L’honorable Rosemary Moodie

Bienvenue, madame la ministre. Dans ma question d’aujourd’hui, j’aimerais parler de la pauvreté chez les enfants. Madame la ministre, vous avez comme mandat de mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 par l’entremise de la première Stratégie canadienne de réduction de la pauvreté. Puisque vous examinez actuellement des mesures de soutien du revenu pour les familles et les enfants à faible revenu, quelles occasions voyez-vous d’améliorer les mesures de soutien offertes à ces familles?

 

L’honorable Karina Gould, c.p., députée, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social

Merci beaucoup de votre question, sénatrice Moodie. En tant que ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, la question de la pauvreté chez les enfants et les mesures pour y remédier me tiennent particulièrement à cœur. J’ai la grande fierté de faire partie d’un gouvernement qui a créé l’Allocation canadienne pour enfants. Cette allocation a permis de sortir de la pauvreté plus de 300 000 enfants canadiens; ce résultat en soi est formidable. Il nous reste bien évidemment du pain sur la planche. Je suis très enthousiasmée par plusieurs initiatives. La première est le nouveau régime de soins dentaires que nous mettrons en place cette année pour offrir des soins dentaires aux enfants âgés de moins de 12 ans. Je pense que nous conviendrons tous qu’aucun enfant dans notre pays ne devrait être privé de tels soins. Les enfants ne devraient pas avoir à se rendre à l’urgence pour cela. Cette initiative me réjouit, car je pense qu’elle changera bien des choses.

La deuxième initiative sur laquelle je suis heureuse de travailler, en collaboration avec la ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, est la politique nationale en matière d’alimentation dans les écoles. Le Canada est un des seuls pays de l’OCDE qui ne dispose pas d’une telle politique. Nous y travaillons donc toutes les deux, avec de nombreux partenaires canadiens, car nous ne voulons pas que des enfants aillent à l’école le ventre vide dans notre pays. Nous savons que lorsque les enfants ont faim, ils ont du mal à apprendre. Ils ont du mal à réussir...